Pros’Ethique Poétique
                      Pros’Ethique Poétique                           

MON CAMEROUN AU COEUR

MON PAYS M'APPELLE

Je veux entendre chanter ma langue et les accents qu’elle véhicule au réveil. 

J’ai envie d’exclamations en pidjin tandis que s’exhaleront des odeurs de maïs ou de plantain que l’on grillerait et de soyas qui libèreraient de la graisse sur leur foyer. 

J’ai envie de saturer un immense verre de glaçons et y verser lentement du top pamplemousse.  Je voudrais envisager le quotidien sans entendre le son annonciateur de la fermeture imminente du métro. 

Je veux rire aux éclats sans m’en faire pour le voisin qui de son côté s’esclafferait sans entraves. Je veux une cure de bruit autrement, de silences différents, d’ordres singuliers et de surprenants désordres.

Mon pays m’appelle

LE CHANT DE MA TERRE

Il est en moi un chant
Qui fonde mes racines
Sa musique retentit
Au fond de mes entrailles

C’est l’essence de ma terre
Qui vibre dans mon cœur
Qui me dit d’où je viens
Et me révèle à moi

Le chant qui retentit
Au centre de mon être
Raconte la mémoire
De ceux qui sont passés

Ceux qu’on a déposés
Au terme de leur voyage
Dans le cœur de ma terre
Et qui la rendent féconde

Dans le temps où pieds nus
J’en sentais le contact
Je ne discernais pas
Les rythmes de ma terre

Et voici que la vie
Au loin m’a dirigée
Vers cet autre univers
A mille lieux de ma terre

Les années ont passé
Ma vie s’est écoulée
Je me suis enrichie
Au contact de l’ailleurs

Et là au fond de moi
Je découvre une musique
Un chant qui dans l’exil
Me parle de ma terre

Il me dit que je suis
Me rend à l’essentiel
A ce moi qui s’anime
Parce que ma terre me manque

Le chant que la distance
Fait rejaillir de moi
Brise les résistances
Nées de l’indifférence

Je réentends la voix
Des feuilles dans le vent
Et le chuchotement
De l’herbe sous mes pieds

Je me rappelle les sons
Et le chant du silence
Quiétude de ma terre
Sous une pluie d’étoiles

Et je découvre un rythme
Celui d’un cœur qui bat
C’est celui de ma terre
Qui cadence les tam-tams

La mélodie de l’eau
Qui glisse sur les pierres
La secrète ritournelle
Que chante la forêt

Le chant de ma mémoire
C’est ma vie mon histoire
Le chant de mes racines
Me rappelle qui je suis
Cameroun mon pays
Berceau de mes ancêtres
Dont le chant m’a appris
A marcher fière et libre

C’est le chant de ma terre
Qui nourrit ma mémoire
Et qui dans mes exils
Me rappelle qui je suis

Il y a là bas une terre
Au cœur même de l’Afrique
Qui porte mes racines
La sève de ma mémoire

C’est une terre de musique
De rythmes et de couleurs
Dont l’alliage unique
Me la rend essentielle

Et loin d’elle je découvre
Son incroyable éclat
La beauté majestueuse
Du chant de ma mémoire

Je la porte en mon cœur
Cette terre qui est mienne
La distance me révèle
Que je suis sienne aussi

A l’unisson mon cœur
Et ma mémoire s’accordent
Pour chanter le berceau
De mon humanité

© Chantal Epée
8 mai 2007

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Actualité

Site en ligne
Vous trouverez sur mon nouveau site Internet une présentation de mon travail d'auteur et des actions que j'entreprends autour de la promotion des arts et des cultures d'Afrique et des diasporas africaines et afro-descendantes