Pros’Ethique Poétique
                      Pros’Ethique Poétique                           

Derrière le proverbe

 

« Aussi longtemps que les lions n’auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.»

Proverbe africain


Les proverbes africains, anciens ou contemporains recèlent des trésors enfouis et offrent des niveaux de lecture intéressants à qui veut prendre le temps de s’y arrêter. J’aime bien les parcourir et y trouver résumés en une phrase des pans de la sagesse de ma terre. Ils ouvrent quelquefois la porte à des réflexions inattendues. Proverbes qui deviennent boîtes de pandore de mes déambulations mentales et de mes questionnements identitaires ou métaphysiques. On ne se refait pas n’est-ce pas ? Comme vous le savez peut-être, il y a des hélices sous mon crâne qui prennent leur indépendance et se mettent en action sans me demander l’autorisation de faire voyager ma pensée. Non non…je ne suis pas folle vous savez.

Quelquefois, à la lecture ou à l’écoute des proverbes africains on y perçoit du bon sens, voir un bon sens un peu folklorique parce que les proverbes charrient des images magnifiques et poétiques. Ils invitent la faune, la flore, les éléments naturels pour raconter la vision des relations humaines, une philosophie et une éthique de vie. En dépassant les premiers niveaux de lecture si l’on se pose un instant pour les sonder, il y a des portes qui s’ouvrent sur des profondeurs intéressantes. Derrière les sourires qui effleurent nos lèvres en recevant les images mentales offertes par les proverbes, il y a des ouvertures vers un ailleurs qui nous instruit sur aujourd’hui, sur maintenant, sur notre rapport à l’autre, sur notre rapport au temps ou à la nature. J’aime aller à la rencontre des proverbes d’Afrique.

J’aime l’image que véhicule cette phrase sur le lion et le chasseur face à la narration de l’histoire. C’est un proverbe que je connais depuis longtemps et qui soudain me conduit à une réflexion sur le rapport de l’Afrique et de l’africain à son histoire. Quel rapport avec la choucroute ? Vous direz-vous. Que vous répondre, les hélices sous mon crâne sont en mode pilotage automatique.

Ce proverbe rappelle que l’histoire est souvent assujettie à des faits extra historiques tels que les rapports de force entre le narrateur et ce dont il parle, à des rapports dominant dominé. Le colon et le colonisé ne donnent pas le même sens aux faits, n’ont pas le même rapport à l’histoire et pas les mêmes paradigmes. Ce proverbe me rappelle l’histoire officielle qui m’a été inculquée sur les bancs de l’école dans mon pays et qui me présentait Ruben Um Myobe figure de la résistance et de l’anticolonialisme camerounais comme un terroriste et un maquisard. Mon esprit en construction et pas encore accessible au sens critique avait reçu cette torsion du sens de l’histoire comme une vérité. Bien qu’ayant eu depuis des informations plus complètes sur cette période ces pré-constructions ont laissé des traces et je sais que je ne suis pas au bout des nécessaires déconstructions pour mieux appréhender l’histoire de mon pays. La raison du plus fort… L’histoire officielle, les forteresses mentales, l’arme des puissants. L’histoire contemporaine Africaine est faite de bien des terroristes officiels parmi lesquels il y a quelques temps Nelson Mandela ou Steven Biko. D’ailleurs l’administration américaine, bien connue pour sa réactivité et sa pertinence, n’avait pas encore ôté Nelson Mandela de la liste des terroristes au début de cette année.  La raison du plus fort…

 

Je me souviens aussi des livres prétendument historiques qui racontaient nos héros imposés d’alors. Ils racontaient en effet les présidents de nos républiques en bande dessinée pour accéder aux, et poser des forteresses mentales dans les esprits fragiles des enfants que nous étions. C’est ainsi que des hommes comme Ahidjo, Houphouet Boigny, Mobutu, Bongo et autres grand démocrates d’Afrique avaient leurs hagiographies en bande dessinées. Réécriture opportune de l’histoire qui faisait de ces figures anti-démocratiques d’Afrique des quasis héros, mieux encore des « pères de la nation ». Le « prêt à vénérer en bande dessinée » ! Quelle créativité sournoise de la part des dictatures au service du culte de la personnalité. Je me souviens (oh la honte !!!) qu’une amie d’enfance m’avait prêté une bande dessinée à la gloire d’Eyadema président du Togo, grand démocrate s’il en fût. Opération lavage de cerveau en une bande dessinée réussie. J’abreuvais ma famille de louanges et d’anecdotes glorieuses sur le grand homme et mes pauvres parents qui ne voulaient pas faire éclater la bulle de mes illusions d’enfant de moins de dix ans avalaient bien des couleuvres en silence. Ma mère a dû mettre en marche toute sa finesse et son intelligence pour me soustraire à cette vénération sans me blesser. Elle m’a premièrement poussée à rendre le livre à sa propriétaire et avec délicatesse elle a travaillé à nuancer les assertions du livre. Peut-être ce moment a-t-il été la première la porte à s’ouvrir pour moi sur une forme de conscience politique et sur l’exercice ultérieur du sens critique. La raison du plus fort, la version du chasseur, le trafic de l’histoire au service d’un dessein, d’une idéologie, de l’assise d’un pouvoir. Nos chefs d’Etats de la période post décolonisation ont tous eu des bandes dessinées à la gloire de leur grandeur, sa majesté Bokassa inclus ! Ubu quand tu nous tiens !

 

Les mémoires d’un esclave du Sud des Etats-Unis et celles d’un propriétaire ne mettraient probablement pas l’accent sur les mêmes choses. La question économique ne serait pas primordiale pour le premier tandis que la question sur la dignité humaine serait au mieux anecdotique pour le second.

Celui qui aura les moyens de raconter l’histoire la racontera de son point de vue, en partant du prisme de ses présupposés. Le dernier mot appartient souvent au plus fort. « La raison du plus fort est toujours la meilleure » disait en son temps Jean de Lafontaine.

 

En relisant ce proverbe il me revient en mémoire un fait politique indigne et honteux qui a pris place il y’ aura un an le 26 juillet à Dakar. Le président de la république française nourri aux récits des « chasseurs » a osé tenir des propos incroyables selon lesquels entre autre « l’homme africain » serait incapable de sortir de la répétition pour s’inventer un destin ! Oui c’est le chasseur qui a la légitimité pour raconter la vie des lions, pour les dompter, pour leur apprendre à vivre selon ses règles. C’est bien connu !

Par-delà le flot d’indignation à peine retombé, ce fait politique à la vertu de mettre en lumière la nécessité pour les enfants d’Afrique d’aller à la rencontre de leur histoire. J’imagine la réception du discours de Dakar par un enfant africain d’Afrique ou de la diaspora qui n’a pas de connaissance de l’histoire de son continent et qui reçoit ces définitions fallacieuses d’un prétendu « homme africain » comme vraies, comme intrinsèques de lui. J’imagine la définition honteuse de lui qu’il pourrait recevoir et avec laquelle il pourrait se construire. Attention les dégâts !

Quelle jubilation quand dans une brillante réponse aux propos du président français à Dakar, Achille Mbembe ( Un cerveau aussi brillant que Denzel Washington est beau oui oui je l’affirme !!!!!!!!!!!) a replacé les fantasmes paternalistes sur l’Afrique dans leurs filiations. Filiations qui remontent au 19ème siècle et trouvent leurs sources notamment dans la pensée de Hegel et Lévy Brühl entre autres. La démonstration de Mbembe est tout simplement éblouissante(1). Je suis reconnaissante à Achille Mbembe qui a élevé le niveau du débat et a apporté une réflexion brillante et argumentée. Il a répondu par l’intelligence et l’analyse à des propos intolérables et grotesques, propos faisant volontairement ou non écho à des siècles de vision stupide de l’Afrique et de l’Africain, n’en déplaise au cerveau brillant de Hegel et des autres. Un cerveau brillant peut accoucher de thèses stupides quand les présupposés qui le soutendent sont imbéciles et/ou racistes et voilent sa raison.

Ah !!!Quand les lions commencent à donner leur regard sur l’histoire…

 

Que de pans de l’histoire d’Afrique passés sous silence parce que niés, occultés ou négligés par le narrateur ! L’écriture de l’histoire par-delà la question de la force de coercition de celui qui la raconte est aussi et surtout fonction des présupposés du narrateur et de ce que les événements racontés lui renvoient de lui. Il devient le héros, de civilisateur, le sauveur, etc. Le chasseur raconte sa chasse et le lion n’est dans la toile historique qu’un instrument pour servir la gloire du chasseur. Des générations d’africains d’Afrique et la diaspora ont grandi à l’ombre d’un immense complexe d’infériorité né de représentations importées et parfois imposées.

 

Des images d’Epinal véhiculées dans des livres, des films, voire des bandes dessinées leur donnaient une place à la périphérie de l’histoire des hommes. Ya bon banania…

Agi par l’histoire plutôt qu’acteur de cette dernière, telle était la représentation transmise de l’africain et probablement intégrée par lui. Il est possible que bien des passivités africaines trouvent leur source, au moins en partie dans ces représentations. Entre « l’Afrique de papa » d’un côté porteuse de fantasmes imbéciles et le facile confort qui est celui d’attendre de l’autre les solutions il y a l’Afrique, la vraie. Derrière le travers qui est celui de rendre l’occident responsable de tous les maux du continent et l’exotisme insultant qui habille les fantasmes des allogènes, il est une Afrique qui invente, qui crée, qui a de l’initiative et qui se bat pour aller de l’avant. Il est une Afrique qui existe derrière les silences et qui porte en elle des richesses immenses et une histoire plus complexe que les raccourcis habituels.

Alors en tant qu’africaine et plus généralement en tant qu’être humain dans mon siècle, je suis reconnaissante à des intellectuels comme l’immense Cheikh Anta Diop qui par ses travaux, notamment sur l’Egyptologie, a ouvert une brèche qui peu à peu, par-delà les opportunes controverses révèle la place de l’Afrique dans l’histoire de l’humanité.

Bien des chercheurs depuis à l’exemple de Théophile Omega, se sont depuis engouffrés dans cette salutaire brèche, ramenant à la connaissance de nos contemporains des organisations sociales et sociétales dont la complexité n’a rien à envier à des ordres sociaux dits évolués. Aussi longtemps que les lions…

Je suis reconnaissante à Ki Zerbo pour son travail d’historien qui rappelle que l’Afrique n’est pas un continent ahistorique. « L’Afrique a une histoire » disait l’historien en ouverture du premier tome son ouvrage  » Histoire générale de l’Afrique ». Ki zerbo a ouvert la voie à de nombreux historiens africains qui se sont emparés depuis des faits historiques pour les analyser et les restituer dans une perspective historique et historiographique.

 

Que de figures mythiques dans notre patrimoine historique méconnues de nos contemporains et des fils et filles d’Afrique. Que de méconnaissances sur l’Afrique, ses royaumes et leurs organisations. Combien de personnes sont informées sur les modèles socio politiques des sociétés africaines d’alors ? Combien savent qu’au 12ème siècle les empires du Ghana et du Mali avaient une organisation politique impressionnante et d’une rare finesse ? Combien de jeunes gens connaissent Soundiata Keita ou Soumangourou Kante ? Que de méconnaissances sur les principes structurels qui organisaient les rapports humains, que de négligences qui font que bien de filles et de fils d’Afrique avancent en ayant un enracinement dans le silence, dans le tabou, dans l’infériorisation, dans la méconnaissance, ou dans la connaissance parcellaire.

 

Il est un défi pour nous, un devoir pour les générations à venir, celui de permettre à nos enfants d’aller à la rencontre de l’histoire de leur continent non pour se construire des mythes inutiles, mais pour connaitre le lieu dont ils sont issus et avancer riches de leur histoire. Comment courir ou s’envoler si l’on n’a pas de socle à partir duquel décoller ou prendre son élan ? Nous sommes dans un temps dans lequel des médias tels qu’Internet notamment permettent un accès plus grand et plus rapide à la connaissance. Notre défi est de donner aux plus jeunes le goût et l’envie de connaître l’histoire qui fonde leurs racines. De leur donner le goût de chercher, de lire, de découvrir.

 

L’Afrique n’est pas un paradis, et il n’est pas question ici de léguer aux générations qui suivent un fantasme mais l’Afrique telle qu’en elle-même et mise en perspective par ses réalités historiques. L’Afrique réelle a ses richesses et ses misères, ses grandeurs et ses servitudes, mais elle est riche de ce qu’elle est, et elle vaut largement la rencontre. Il est dans notre histoire récente ou plus ancienne des figures dont nos filles et fils pourraient s’inspirer et auxquels ils pourraient se référer avec fierté. Si en se retournant sur leur histoire nos enfants pouvaient découvrir l’Afrique un peu plus près de sa vérité, qui sait s’ils ne verraient pas s’allumer en eux une flamme, une passion d’Afrique, dont ils passeraient le flambeau aux générations d’après ? Je suis convaincue au plus intime de moi que les solutions pour l’Afrique seront essentiellement africaines et viendront de personnes ayant une vision, une passion, un désir, un rêve, et une ambition pour leur village, leur ville, leur pays, leur région, pour leur continent. Des personnes qui auront su saisir le flambeau de la passion qui avait embrasé avant eux Lumumba, Mandela, Um Myobe, Kwame Krumah, Steven Biko et d’autres anonymes qui ont œuvré pour le bien commun.

 

Et si la connaissance de notre histoire avait aussi des vertus libératrices, libératrices de rêves, d’ambition, de potentiel pour l’Afrique ? Et si la connaissance de notre histoire nous rappelait que nous n’avons aucune raison ni de marcher courbés, ni de porter des vêtements identitaires qui nous voilent nos possibilités ? Alors il n’est pas surprenant que çà et là à la surface de la terre la connaissance soit tenue captive par les dictateurs de tous bords, dictateurs politiques ou intellectuels. Derrière le proverbe, ma pensée s’est mise en action et m’a déposée sur de surprenants rivages n’est-ce pas ? Mais comme vous le savez on ne se refait pas.

 

Merci de m’avoir lue et d’avoir accompagné mes cogitations déambulatoires. A bientôt et merci pour votre fidélité à visiter cet espace.

Amitiés.

 

© Chantal EPEE

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Actualité

Site en ligne
Vous trouverez sur mon nouveau site Internet une présentation de mon travail d'auteur et des actions que j'entreprends autour de la promotion des arts et des cultures d'Afrique et des diasporas africaines et afro-descendantes